Q&R : La technologie Blockchain pour les chaînes d’approvisionnement des produits alimentaires et des boissons

U+ et son partenaire move2.digital partage son point de vue sur l’état actuel des technologies blockchain et leur valeur dans les applications des chaînes d’approvisionnement de l’alimentation et des boissons dans ce reportage unique de style questions-réponses.

La technologie blockchain devient de plus en plus précieuse pour les applications dans les secteurs de la sécurité et de la finance. À mesure que la technologie mûrit et devient plus facile à mettre en œuvre, nombreux sont ceux qui pensent que la sécurité supplémentaire des données qu’offre la technologie blockchain peut être immensément bénéfique pour les applications dans les réseaux de chaînes d’approvisionnement.

Les questions et réponses suivantes avec Jan Beranek, fondateur et PDG de U+, donnent un aperçu des applications potentielles de la blockchain dans les chaînes d’approvisionnement des aliments et des boissons. Nous discutons de la question de savoir si la valeur d’une sécurité supplémentaire du système peut justifier une augmentation des coûts. Nous explorons également les défis de la normalisation pour la mise en œuvre de la technologie blockchain, et les solutions à ces obstacles.

Quels services de blockchain offrez-vous aux transformateurs alimentaires ?

À l’heure actuelle, les technologies blockchain sont plutôt coûteuses. Bien qu’elles apportent une couche de sécurité supplémentaire, de nombreuses entreprises tout au long de la chaîne d’approvisionnement doivent être alignées les unes sur les autres pour bénéficier des capacités de suivi et de traçabilité. Il existe actuellement des normes non blockchain pour la sécurité et la visibilité des chaînes d’approvisionnement alimentaire, comme GS1, qui fournissent un certain niveau de conformité et de suivi hors chaîne. Les organismes de réglementation tels que la FDA commencent à envisager de promulguer des exigences en matière de blockchain, ce qui pourrait contribuer à aligner les différentes entreprises du secteur et constituer bientôt un facteur important d’augmentation de la valeur.

Chez U+, nous proposons un ensemble complet de services d’innovation allant de l’idéation et de la validation du marché au développement et à la mise à l’échelle du produit. La technologie blockchain fait lentement son entrée dans le processus de la chaîne d’approvisionnement, mais lorsqu’elle s’applique aux complexités de l’industrie alimentaire, sa proposition de valeur n’est pas encore clairement établie. La première chose que nous ferions pour aider nos clients est de déterminer si la technologie blockchain apporterait une valeur adéquate à leur chaîne d’approvisionnement et à leurs capacités de suivi. Pour justifier la construction ou l’intégration d’une solution blockchain au sein de l’entreprise d’un client, elle doit fournir des revenus supplémentaires, réduire les coûts, offrir un avantage concurrentiel et/ou répondre aux exigences de conformité. Après les étapes de validation et de test de marché, si nous déterminons que la technologie blockchain serait bénéfique pour un produit ou un service existant, nous la mettons en œuvre dans l’architecture du système.

Qu’est-ce qui permet aux petits et moyens transformateurs de commencer à utiliser la technologie blockchain ?

Il existe plusieurs acteurs clés de la blockchain dans le domaine de la technologie de traçage des aliments, à savoir Food Trust d’IBM, Ripe.io, FoodLogiQ et TE-Food, qui permettent aux consommateurs de vérifier le parcours des produits. En raison de la complexité et des besoins variés de chaque client, un certain niveau de personnalisation et d’embarquement est encore nécessaire ; dans le même temps, les principaux acteurs ont rendu le processus plus fluide. De nombreux transformateurs alimentaires utilisent déjà les technologies blockchain, par exemple :

TE-Food revendique plus de 6 000 clients pour suivre les aliments de leur origine à leur destination.
FoodLogiQ travaille avec des clients de renom tels que Chipotle et Whole Foods du côté des consommateurs, et Conagra et Tyson du côté des fabricants.
Des sociétés de blockchain travaillent également sur d’autres applications dans l’industrie alimentaire, notamment l’assurance récolte, les transactions financières et l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement, qui pourraient toutes contribuer à uniformiser les règles du jeu pour les petits agriculteurs et producteurs.

Un transformateur alimentaire peut-il finir par être membre de plusieurs réseaux de chaînes d’approvisionnement basés sur la blockchain ?

Cette question renvoie à l’un des principaux défis de l’adoption de la blockchain à ce stade du cycle d’adoption de la technologie. Il est peu logique qu’un seul acteur construise une blockchain à usage interne, car la sécurité des données modernes est moins coûteuse et suffisamment sûre. De même, la superposition de réseaux blockchain ajoutant une redondance inutile augmenterait aussi inutilement les coûts, tout en créant une complexité dans le suivi des informations de bout en bout. La collaboration d’un nombre important d’entreprises du secteur sera probablement organisée par un organisme de normalisation centralisé tel que GS1 et motivée par les réglementations d’un organisme de surveillance tel que la FDA.

Un système de suivi et de traçabilité par blockchain doit-il être un système autonome fonctionnant comme une application pour smartphone ou tablette ?

Le système de suivi et de traçabilité de la blockchain serait décentralisé, les données étant stockées dans les ordinateurs de l’ensemble du réseau, mais des applications utilisateur seraient créées pour permettre aux membres de la chaîne de valeur d’accéder aux données correspondant à leurs besoins. Il y aurait différentes interfaces pour les différents utilisateurs, tels que le producteur, le distributeur ou le consommateur. Étant donné que les consommateurs sont l’un des principaux bénéficiaires de la technologie blockchain et qu’ils sont, à terme, les moteurs de revenus de la mise en œuvre de cette technologie, il est logique qu’ils aient également un accès visuel aux données de suivi des aliments qu’ils achètent. La mise en œuvre d’un suivi sur la chaîne pour chaque étape de chaque entreprise le long de la chaîne d’approvisionnement serait très coûteuse et pas nécessairement importante pour un suivi adéquat et la sécurité du produit final.

Le suivi sur une blockchain ne concernerait donc qu’une partie des opérations requises par les normes et réglementations du secteur. Les données relatives aux points critiques pourraient être exportées des systèmes de gestion de la chaîne d’approvisionnement existants à l’aide d’une intégration API.

Comment intégrer la blockchain dans les systèmes ERP/MES/de gestion de la chaîne d’approvisionnement/de suivi et de traçabilité existants ?

Lorsque vous mettez en œuvre la technologie blockchain, vous devez décider où vous avez le plus besoin de la couche de sécurité supplémentaire que la technologie apporte. Les systèmes de base de données internes modernes d’une entreprise peuvent être très sûrs, mais lors du transfert d’informations en aval de la chaîne d’approvisionnement entre différents fournisseurs, les informations clés doivent rester intactes.

Étant donné que la mise en œuvre de la blockchain est nettement plus coûteuse que les bases de données traditionnelles, la blockchain ne serait probablement intégrée qu’à la couche externe et ne ferait pas partie des utilitaires en coulisse. Les systèmes externes minimiseraient essentiellement le besoin de la blockchain en interne et fourniraient la plus grande valeur de l’utilisation de la technologie.

Les entreprises de transformation alimentaire devraient pouvoir continuer à utiliser leurs systèmes MES/SCADA/ERP existants pour la traçabilité interne et, aux points critiques, exporter les données sur la blockchain pour la traçabilité externe. De cette façon, l’entreprise est en mesure de préserver la confidentialité de ses opérations internes et de maintenir les coûts associés au plus bas, tout en étant transparente sur la sécurité et l’origine de ses produits.

Quelles sont les applications blockchain réussies que vous avez mises en œuvre ?

Notre associé directeur Sean Sheppard a investi dans plusieurs entreprises de blockchain et l’une des entreprises de son portefeuille, Red5 Pro, utilise avec succès la technologie blockchain pour sa plateforme de streaming vidéo en direct. Cette technologie permet à l’entreprise de fournir un streaming à faible latence, ouvrant de nouvelles opportunités pour les transactions de données grâce à un haut niveau de synchronisation et de sécurité.

Avez-vous d’autres idées à partager ?

En tant que technologie en évolution rapide, nous pensons que la capacité de la blockchain à assurer la sécurité et la traçabilité des données dans les différents systèmes des réseaux mondiaux de la chaîne d’approvisionnement en biens durables garantira son adoption continue. Nous pensons également que cette technologie deviendra bientôt une exigence standard pour mener des affaires de manière efficace et transparente, en particulier dans les domaines sensibles à la sécurité tels que l’alimentation ou la médecine.

La question est de savoir si la technologie blockchain constitue réellement une valeur ajoutée pour l’ensemble du secteur à l’heure actuelle. Jusqu’à ce que la technologie devienne mature, abordable et d’une utilité tangible, nous devons prendre en compte les coûts supplémentaires liés à la mise en œuvre d’un système parallèlement aux systèmes existants et nous demander si la traçabilité améliorée est vraiment plus fonctionnelle ou apporte plus de valeur au suivi des systèmes MES actuels.

Jusqu’à ce que les régulateurs rendent la blockchain obligatoire, les entreprises doivent évaluer soigneusement si cette technologie est la bonne solution pour leurs activités. Elles doivent également déterminer comment optimiser la mise en œuvre. Pour ce faire, chez U+, nous procédons à une validation et à des tests de marché approfondis avant d’écrire le moindre code, ce qui nous permet de mieux comprendre les besoins les plus critiques des clients. Nous pouvons alors prendre les décisions les mieux informées sur les technologies à mettre en œuvre.

Les marges sur les produits alimentaires sont déjà très faibles, et le secteur est en difficulté en raison des pénuries de main-d’œuvre causées par la pandémie mondiale. Si l’on considère les petits acteurs, ce n’est peut-être pas encore le bon moment pour intégrer une technologie blockchain émergente à leur activité.

Comment la méthode U+ peut-elle aider votre entreprise à devenir un leader de l’innovation ?

La méthode U+ peut diriger de manière efficace et efficiente le développement, la mise en œuvre et l’amélioration des innovations numériques dans n’importe quel secteur.

À ce jour, nous avons utilisé cette méthode pour mettre plus de 90 produits sur le marché, créant plus d’un milliard de dollars de valeur pour les entreprises Fortune 1000.

Contacter son partenaire en France move2.digital

contact@move2.digital

Bruno.quemener@move2.digital

 

Discutons de votre projet ensemble